Cours de Terminologie leçon par leçon

Intro

vademecum

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
FAQ

Cours 7

vers Cours 8

pour visualiser le cours Access correspondant, cliquez ici: cours

pour télécharger le PDF

résumé

les termes sont reliés entre eux par des relations hiérarchiques qui peuvent être de deux types, soit des relations génériques soit des relations partitives

 

les liens entre les termes : relations hiérarchiques

-I- Hyperonymie/hyponymie

mots clés
terme, concept, réseau de concepts, définition canonique, hyperonyme, hyponyme, liens hiérachiques, générique, spécifique, genre, espèce

introduction

exemples simples :

exemples de fruits

Résumé  voir livre cité de Lehman(Alise) et Martin-Berthet (Françoise) Introduction à la lexicologie, Paris 1998, Dunod

-Les relations sémantiques

Le lexique n'est pas une liste d'unités de même niveau. On dit qu'il est structuré. Certaines unités lexicales peuvent être regroupées dans des ensembles désignés par d'autres unités lexicales. Par exemple , on trouve différents types d'arbres . Cet ensemble "arbre" regroupe les platanes, les marronniers etc. Une main  est composée de plusieurs parties, la paume et les doigts. Une famille est composée de personnes...

Par contre, "vélo" et "bicyclette"désignent la même chose.

"Prends mon vélo."

"Quoi?"

"J'ai dit : Prends ma bicyclette!"

Ces relations sont de deux types : [ notez la parenté morphologique des dénominations:présence du morphème -onyme signifiant " appellation ") ; les termes "hyponyme" et "hyperonyme" ont été créés sur le modèle de "synonyme" et "antonyme", tout comme le terme "méronyme" plus récent (il désigne la relation partie-tout) auquel répond "holonyme" (le tout par rapport à la partie).]

 

A - Relations de hiérarchie et d'inclusion

I-Relations logiques:

-Hyperonymes
isonymes (co-hyponymes)
hyponymes

Attention nous allons remplir la fiche par rapport à l’élément central de la fiche qui est le terme

Rappelez vous les types de définition:

1. Définition intensionnelle et extensionnelle : rappel

2. Relation d'implication

L'hyponymie établit un rapport d'implication unilatérale entre deux entités : si x est une tulipe, alors x est une fleur; mais on ne peut pas dire: si x est une fleur, alors x est une tulipe. Cela explique que la relation s'établisse, dans le discours, de l'hyponyme à l'hyperonyme. L'hyperonyme, parce qu'il désigne ce que désigne l'hyponyme, peut reprendre - c'est-à-dire servir d'anaphorique à - l'hyponyme

Un chien hurlait dans la nuit. L'animal était furieux.
et non
*Un animal hurlait dans la nuit. Le chien était furieux.
(la phrase n'est pas impossible mais seulement si il y a un chien pas content et un autre animal inconnu qui hurle dehors)

 

De même la construction coordonnée n'admet que l'ordre suivant:

J'ai acheté des tulipes et d'autres fleurs
et non
* J'ai acheté des fleurs et d'autres tulipes.

(voir Lehman et Berthet)

3. Structures hiérarchiques

Les séries lexicales, contrairement aux inventaires taxinomiques (voir les domaines et la taxinomie de la zoologie), n'excèdent guère trois à quatre degrés. La hiérarchisation est bloquée vers le haut par la présence de noms très généraux (chose, truc) vers le bas par des périphrases développées (par exemple, blazer gansé à boutonnage croisé).

4-La langue est pleine de trous

La relation hyper/hyponymique touche différentes catégories syntaxiques

Exemples

 

MLBeetschen, déjà citée, dit

"Relations entre les termes :

Nous l’avons vu, la technique SOT est d’abord une méthode, une procédure. Chaque action qui la constitue est donc une partie de cette procédure. C’est pourquoi, à part des relations génériques évidentes comme les types de catégories les types d’indicateurs ou les types de subluxation, le glossaire terminologique comporte peu de relations génériques « internes ». En d’autres termes, les différents tests s’insèrent donc plutôt dans des relations partitives et ont même parfois une organisation chronologique.
Il existe pourtant une division majeure parmi les tests constituant la détermination de la catégorie, qui est aussi une division chronologique : d’abord, le chiropraticien effectue les 5 étapes procédurales (le 5 step analysis), qui est constitué de 5 tests généraux, puis, en fonction des indicateurs trouvés, il effectue les tests supplémentaires. Notons qu’il peut très bien effectuer le test d’une catégorie puis celui d’une autre catégorie en fonction de l’indicateur trouvé, puisqu’un patient n’appartient jamais à une seule catégorie. Si les termes « test général » et « test supplémentaire » ne constituent pas des unités terminologiques propres au domaine, je les ai quand même intégrés dans la base, sans faire de fiche, pour qu’il servent d’hyperonymes et permettre de classer les termes : ainsi les tests du 5 step analysis sont des test généraux(general tests) et ceux qui viennent après, qui permettent d’affiner la recherche, sont des tests supplémentaires (additional tests). Un seul test pourrait être classé dans les deux familles : le test kinésiologique (mind language ou body mind language) parce qu’il peut être réutilisé, après le 5 step analysis, comme test supplémentaire, sur d’autre muscles. Mais il est avant tout un des tests généraux. Notons une petite particularité pour le test bras-fosse inguinale (arm fossa test) : c’est un des 5 tests généraux, cependant c’est un test kinésiologique (puisque c’est un muscle qui est testé, en association avec le toucher d’un point neuro-lymphatique). Il n’est donc pas directement relié au générique « test général ».
Pour le terme technique sacro-occipitale, j’ai procédé de la même façon en rajoutant une entrée « traitement chiropratique » (« chiropractic treatment ») qui ne fait pas l’objet d’une fiche puisque ce n’est pas vraiment un terme spécifique, mais plutôt une collocation de l’adjectif chiropratique (traité en fiche courte). J’ai préféré choisir « traitement » plutôt que « technique » car il s’agit non seulement d’une technique mais surtout d’une méthode et d’une procédure qui peut s’étaler sur plusieurs consultations."

Denise Gueguen , dans son introduction à son travail de recherche " Le Traitement des Lombalgies"

décrit sa recherche documentaire et montre bien l'intérêt d'avoir accès à des réseaux de notions organisées hiérarchiquement tels qu'ils sont offerts à la consultation par la fonction de recherche du MeSh de Medline

Produit par la Nationale Library of Medicine (NLM), le site est accessible gratuitement via Pubmed à l’adresse suivante :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?db=PubMed

Consulter la page de MarieLaure Gueguen sur le brevet industriel et les liens qu'elle propose

Marie Noëlle Xerri écrit dans son introduction à son mémoire sur les phénomènes de subduction en géologie

Relations sémantiques

J’ai rencontré quelques difficultés à déterminer les hyponymes de certains termes. Il existe par exemple deux types de subduction : la subduction océanique et la subduction continentale qui sont donc des hyponymes du terme subduction, les éléments en subduction et les conséquences du processus n’étant pas les mêmes. Or, qu’elle soit océanique ou continentale, la subduction peut aussi se dérouler plus ou moins vite et plus ou moins en profondeur, ce qui n’a pas les mêmes conséquences. Il s’agit donc là aussi de différents types de subduction à savoir la subduction lente, rapide, en profondeur, peu profonde, et ces termes sont donc eux aussi des hyponymes du terme subduction, que je classerais à un niveau hiérarchique inférieur. Le même problème s’est posé pour d’autres termes. Ceci vient essentiellement des nombreux concepts physiques et chimiques qui agissent, voire interagissent au sein de la Terre. Or, ceux-ci ne sont pas tous liés à la subduction. Je n’ai donc pas, par souci de clarté, relever tous les hyponymes des termes. "

Gardez en tête ce que nous avons dit sur la structuration du domaine et les points de vue différents qui en affectent la représentation. (Voir Teresa Cabré et la théorie des portes). A ce propos, lisez ceci:

Fanny Jarnet écrit :

.Hyperonymes

J’ai aussi rencontré des problèmes de choix des hyperonymes pour des termes comme « interféron » et « interleukine ». L’hyperonyme n’est pas le même selon le point de vue duquel on se place. Un « interféron ß » est une « cytokine » si l’on se place du point de vue de sa fonction (un messager intercellulaire), c’est une « glycoprotéine » si l’on se place du point de vue de sa composition moléculaire (une protéine qui est glycolisée) et enfin un « immunomodulateur » si on se place du point de vue de sa fonction « curative » dans le système nerveux central. Le même genre de problème se pose avec les différentes «interleukines».

Concepts

Enfin, deux termes posent des problèmes de différence de concept ou point de vue. Cette fois, alors qu’il n’y a qu’un seul terme en anglais, « relapsing-remitting MS » on trouve de nombreuses variantes en français ; « forme rémittente de sclérose en plaques », « sclérose en plaques récurrente-rémittente », « sclérose en plaques rémittente », « sclérose en plaques de forme rémittente », « forme ou évolution rémittente ». Le terme vedette en français n’est pas, comme on pourrait le croire, « sclérose en plaques récurrente-rémittente » mais plutôt « forme rémittente de SEP ». Il semble donc qu’en français on se place du point de vue de la forme et en anglais on considère presque chaque forme de SEP comme une maladie à part entière. Le sigle « SEP-R » n’est d’ailleurs presque jamais employé en français contrairement au sigle anglais « RRMS ».

Un type de problème similaire se pose avec les termes « immunomodulateur » et « immunomodulatory ». Le terme français est employé comme nom et comme adjectif alors qu’il n’existe pas de nom équivalent en anglais. Il semble donc que l’anglais focalise sur le type d’effet en employant un adjectif alors que le français en a fait un groupe de médicaments à part entière.

Une affaire à suivre…

Le dernier terme qui pose problème est le terme « lymphocyte T » / « T cell » qui a de nombreux hyponymes différents dans les deux langues. J’ai essayé de référencer les différents hyponymes que j’ai pu trouver dans mon corpus mais je n’ai pas encore réussi à déterminer les termes équivalents et les termes synonymes. Ce terme pourrait donc constituer une piste pour de futures recherches sur le sujet. "

ET comment les trouver?

Vous avez trouvé du corpus, maintenant, il est nettoyé et stocké (que cela ne vous empêche pas d'en chercher encore)

sur le serveur ILTS dans votre boite personnelle

sur le serveur d'interrogation de corpus.

C'est ce corpus que vous allez consulter pour trouver des relations génériques entre les termes. Comment faire pour trouver des indices d'une relation générique dans un texte et donc trouver des termes qu'on ne connait pas?

Evidemment, si vous avez le terme "capteur actif" vous allez chercher s'il y a un terme "capteur" (hyperonyme tout désigné) et des "capteurs" d'un autre type, passifs par exemple.

Mais regardez bien le texte sur les turbines , cherchez les termes et les hyperonymes et tâchez de dégager des formulations type qui permettent de repérer les hyperonymes par la structure de la phrase dans laquelle ils sont utilisés.

Cherchez dans des textes didactiques, de vulgarisation, vous trouverez des "sorte de", "genre de " " de la fazmille des ", "qui est un..", "c'est un.."

 

.....

 

 

 


Résumé :hyperonymie /isonymie/hyponymie : des relations génériques

  Souvenez-vous, l'hyperonyme est le terme par lequel débute une définition canonique, (c'est-à-dire selon le schéma-type de la définition bien formée).

retourner à la page théorique sur la définition et l'hyperonymie

revoir les conseils pratiques concernant les différents champs traités et en particulier la définition

 

Résumé : conseils pratiques et rappels

    Hyperonymes (= génériques)

  • L’hyperonyme est un incluant, un synonyme d’un niveau de généralité immédiatement supérieur (par ex. oiseau par rapport à rouge gorge, fruit par rapport à orange
  • On peut toujours dire du (TERME) : « c’est une sorte de … (HYPERONYME) » 
  • Il doit pouvoir remplacer le terme dans la phrase de contexte.
  • Il peut arriver qu’il soit aussi le même que le sous domaine que vous avez choisi ( c’est à dire la catégorie de délimiteurs de champ sémantique immédiatement supérieur ).
  • Il est souvent le premier élément de la définition : “flanelle : sorte de tissu... ”.
  • Cherchez des hyperonymes uniquement pour les substantifs. (A priori vous ne chercherez pas d'hyperonymes pour les verbes et adjectifs)
  •   Attention : Vérifiez que le champ est bien rempli, et notez les problèmes que cela vous a posés : il y en aura. Ce champ est à remplir obligatoirement pour les termes nominaux, et ceci même si vous avez rempli le champ TOUT. Sinon, vous devez donner une justification explicite dans la note linguistique.

Hyponymes (= spécifiques)

ex:        terme:  scanner;

            hyponymes : scanner à plat, scanner à bac, scanner à main

 

Isonymes (appelés aussi parfois co-hyponymes)

ex:        terme : mocassin

            hyperonyme chaussure;
            isonymes : ballerine, trotteur, escarpin, sandale - qui sont tous hyponymes de chaussure au même titre que mocassin.

Vous ne le remplirez que s’il ne dépasse pas 5 ou 6 éléments

Vous ferez un bouton activant une requête pour vérifier dans la base tous les termes ayant le même hyperonyme que le terme en cours de traitement ; vous verrez si vous avez été cohérent.

Pour aller plus  loin

Le choix de l'hyperonyme dépend du domaine choisi, il n'y a pas d'hyperonyme en soi, un terme est l'hyperonyme d'un autre terme d'un certain point de vue. L'hyperonyme de "veau"  est  "viande blanche"  dans un livre de recettes, "petit de la vache " dans un dictionnaire général, "bovin" dans le domaine "Zoologie".

Exemples de questions posées par le choix d'un hyperonyme

 

FAQ

Que faire si le nom du sous domaine dont dépend le terme est aussi hyperonyme du terme?

ex1(dans le cadre de la transmission du VIH de la mère à l'enfant)

Examen critique du dictionnaire

le terme :"transmission post-partum" n'a pas d'hypernonyme dans le dictionnaire consulté.

Par contre il est classé dans un sous-domaine du micro-domaine du dictionnaire appelé "transmissions périnatales". Le nom du sous domaine est bien l'hyperonyme du terme. 

On peut (et on doit!) mettre dans le champ "hyperonyme" :"transmission périnatale", même s'il se trouve que c'est le nom du sous domaine. 

Si on doit faire une requête demandant de faire une liste des hyperonymes et des termes qu'ils englobent, il faut bien avoir rempli le champ si on veut que la liste soit complète. Si vous avez besoin de savoir qu'elles sont toutes les transmissions périnatales possibles, il faut que vos champs soient remplis de manière exhaustive et cohérente, tant pis si cela mène parfois à une certaine redondance dans la fiche.

 

FAQ

Le terme peut-il avoir deux hyperonymes ?

voir remarques d'Ophélie Maleplate présentation

ex2

terme : breastfeeding

hyperonyme : ? feeding  (alors l'isonyme est "bottle feeding"

         ou bien : "mean of post partum transmission" 

Donc : si on hésite entre 2 hyperonymes cela signifie sans doute qu'il y a deux définitions donc deux termes homonymes (ou deux sens du terme, ce qui est une autre façon d'analyser le problème).

autres exemples

 

 

 

Exercice

Regardez ce tableau des plantes .

La classification vous paraît-elle cohérente ? Pourquoi?


Plantes du jardin :

annuelles -bisannuelles -alpines -aquatiques -bulbeuses -vivaces -grasses- grimpantes -d’appartement- potagères -mellifères -médicinales - tuberculeuses- bulbeuses-rhizomateuses .