Cours de Terminologie leçon par leçon

Cours 12

Intro

vademecum

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
FAQ

télécharger le pdf

vers Cours 13

pour visualiser le cours Access correspondant, cliquez ici: cours

résumé

les champs de la fiche (suite)

les champs "équivalents", "remarque sur la traduction", et "alignement des collocations"

 

équivalents et remarques de traduction

 

Quand vous allez saisir un équivalent (ou des équivalents) à un terme, vous allez générer des fiches de termes dans une autre langue. Vous allez faire un lien entre la fiche du terme source et la fiche du terme cible. Il est possible que la fiche terme-cible reste à l'état embryonnaire et que vous ne remplissiez qu'un minimum de champs . Dans ce cas les champs remplis seront:

dans la table terme

- terme

- langue

- catégorie

- collocations

dans la table lien

- le lien (type22, lien d'équivalence interlangues) avec un autre terme d'une autre langue

- éventuellement la remarque de traduction.

Si vous avez un doute sur le choix de terme cible, indiquez le dans la remarque:

ex: remarque "traduction très peu attestée en corpus".

Si vous proposez plusieurs termes cibles, la remarque est obligatoire.

Quand vous en êtes à remplir les traductions et que vous voyez les collocations anglaises et les collocations françaises côte à côte, vous voyez que certaines collocations se correspondent bien d'une langue à l'autre.

Vous pouvez chercher aussi des collocations équivalentes en voyant les collocations source (ou disons les CLS, combinaisons lexicales spécialisées, de la langue source) : vous en aurez besoin pour votre traduction.

 

MARIEZ LES

Quand vous remplissez les collocations, pensez à utiliser les membres de la famille dérivationnelle.

Voir exemple de Céline Mairet , les collocations et les mots de la famille dérivationnelle côte à côte.

 

 

 

ML Beetschen, déjà citée

"En ce qui concerne la comparaison des terminologies anglaise et française, la correspondance entre les concepts est très grande puisque c’est le français qui a pris les termes anglais sans les traduire. Mais c’est là que l’avis de l’expert est parfois précieux. En effet, il confirme que la profession, en France, utilise les termes anglais, et pourtant il donne le terme français lorsqu’il explique le concept anglais correspondant. Lorsque je retrouvais ce terme français dans une de mes sources, je le gardais, tout en mettant le terme anglais en concurrent mais lorsqu’il était trop flagrant que le terme français n’était pas utilisé du tout (pour cervical stair step par exemple), j’ai gardé le terme anglais en entrée.
J’ai dit que les terminologies anglaises et française correspondaient la plupart du temps, à deux ou trois exceptions près cependant : pour le terme 5 step analysis, il existe une expression, plutôt qu’un terme, qui est utilisée en français : les cinq étapes procédurales, mais il n’existe pas de réel concept spécifique en français.

La deuxième exception est une curiosité, dans l’autre sens. Un des tests supplémentaires s’appelle le basic I (basic one). C’est un terme anglais adopté par les chiropraticiens francophones, comme beaucoup d’autre, et pourtant il a été impossible de le trouver ou même de trouver la procédure qui lui correspond dans mon corpus anglais. Peut-être que d’autres recherches permettront de le trouver mais pour l’instant je ne l’ai trouvé que dans du corpus français.

Enfin la troisième exception concerne le MRP (mouvement de va-et-vient du liquide céphalo-rachidien) et le MRCS (mécanisme de pompage du LCR, qui le propulse à travers tout le corps) auxquels ne correspond qu’un terme an anglais, le PRM (Primary Respiratory Mechanism). La définition trouvée pour ce terme (dans Introduction to SOT and category I, publication de la Sacro Occipital Technique Organization), qui se recoupe avec la description de la SORSI (Sacro Occipital Research Society International) regroupe les deux termes français en un seul concept en anglais.


Si la terminologie française est encore fragile en français, peut-être que la reconnaissance récente de la profession en France, qui contribue à son développement, peut favoriser aussi le développement d’une terminologie de la chiropratique propre au français. Il peut devenir alors intéressant d’essayer de fixer une terminologie française."

 

 

voir aussi le travail de Cécile Arrouès

équivalents de "douleur"

voir la page de garde des exemples

 

 

Et pour en finir:

les champs de gestion de la fiche

Les champs numériques à remplir par défaut , les champs concernant l'expert, les champs indiquant quand et par qui la fiche a été faite, modifiée, validée, refaite, critiquée etc.

 

Bien sûr, à part les renseignements vous concernant, concernant votre expert et la date du mémoire, les autres champs sont là pour vous dire: "Plus tard lorsque vous ferez une base terminologique dans le monde réel, vous aurez besoin de ces champs de suivi."

Une fiche est vite obsolète, elle est contrôlée par des intervenants qui ont un statut hiérarchique différent (traducteur, terminologue, responsable de la terminologie, responsable marketing, experts scientifique, commission de treminologie, etc.). Il faudra pouvoir suivre toutes les étapes , extraire les fiches qui n'ont pas été revues depuis 10 ans(!!!), dire si la commission a accepté la définition, si elle a fait des objections,...

Vous verrez alors que vous aurez sans doute besoin d'ajouter encore des champs.

et

 

BasTeT, déesse des bases et des chats

Pour nous, il y a des champs indispensables pour l'intégration de votre travail dans la base centrale BasTeT.

Prenez bien soin de les remplir. Pour cela, il vous faudra consulter la base pour voir si les termes que vous avez traités sont déjà ou non dans BasTeT .